Il y a longtemps, à l'occasion d'un anniversaire à chiffre rond, mon Mekamoi m'a offert un trés beau pull de marque. Et, la beauté de la chose alliée à celle du geste, j'ai porté pendant des années mon beau pull, avec un succès qui ne se démentait pas.

J'ai pu m'y lover les jours de blues, m'y réchauffer,  y cacher (les débuts, au moins) de 2 grossesses, les kilos quelques grammes qui s'en suivirent, et je vous passe les détails. Et bien rien, je dis bien RIEN, n'a filtré de ce pull, et pour cause ; il avait une coupe hyper-originale.

Très large, mais alors, vraiment très large, avec des manches genre du coude au poignet, et un col roulé (qui gratte, rapport à la HAUTE teneur en laine, mais bon...). Sauf qu'après de nombreuses années de port assidu ... le drame, aussi soudain qu'inattendu : j'en ai MARRE de mon super-beau pull !

Pourtant, j'adore la matière, les couleurs, l'imprimé, la chaleur, la non-boulochade (malgré les affres du lave-linge), la charge affective élevée qu'il trimballe, mais rien à faire, il faut l'accepter ; j'en ai MARRE !

S'en suivirent un long hiver de roulade en boule au fond de l'armoire, suivi d'un autre plein d'une question lourde de conséquences et sans cesse ressassée ; KESKEJVAI-ENFAIRE ?
Et j'm'enroule dedans, et j'l'essaie à l'envers, et j'm'attache les manches autour du cou ; une tunique ? un dos-nu ? un boa ? un passe-montagne ? une boule au fond de l'armoire ?
Je lui mets un coup de ciseaux sans conviction, qui restera sans suite ; bref, RIEN...

Jusqu'au jour, oh glorieux jour, où il me revient que ce modèle portait un nom ; roulements de tambour, suspense insoutenable ; le pull ...  le pull- ?  le pull-p ...  le pull-ponch ?

ooooui, le pull-PONCHO !!

Fiat lux, hosanna au plus haut des cieux !

et ...  CISEAUX !